fbpx

11 questions à Laura Marino

Team arena
Écrit par: Fanny Benincasa at 16 octobre '17 0
You are reading: 11 questions à Laura Marino

Quelle année 2017 pour Laura Marino !
Sur le plan sportif, elle a décroché son premier titre mondial, cet été à Budapest, au plongeon mixte (avec Matthieu Rosset). Sur le plan professionnel, elle vient d’obtenir son diplôme de kinésithérapeute.
Interview d’une grande championne qui prouve qu’il est possible de concilier le sport de haut niveau et les études.

Quand as-tu commencé le plongeon et pourquoi ?
J’ai commencé en 2008, à 15 ans, alors que je décidais d’arrêter la gym et de trouver un autre sport acrobatique. Ma passion pour la gymnastique s’est éteinte lorsque j’ai changé d’entraîneur et d’équipe, mais j’ai conservé le goût des acrobaties alors j’ai voulu essayer le plongeon : j’ai tout de suite adoré.

Qu’est-ce qui te plaît dans le plongeon ?
J’ai adoré dès mon premier plongeon, cette sensation de chute et d’aspiration vers le bas. Encore aujourd’hui, c’est ce qui me rend addict tous les jours !
Au delà de cet aspect, je trouve ce sport tellement élégant et plaisant à regarder que je pourrais rester des heures à contempler des plongeurs répéter et répéter, à la recherche du geste parfait. Cette quête de la perfection est une motivation sans limite, je pourrais d’ailleurs ouvrir là le débat sur la perfection : est-ce possible de l’atteindre ou passe-t-on notre vie à essayer de l’approcher au maximum ?
Au-delà de la question philosophique, c’est pour moi une source de motivation inépuisable !

Quelles sont les qualités d’une plongeuse ?
Elles peuvent être assez variées, surtout selon le type de spécialité, mais de manière générale je dirais que les qualités indispensables à avoir (ou à développer) sont la rigueur, être téméraire : savoir dépasser ses peurs ou en tout cas vouloir le faire, et le repérage dans l’espace.

Qu’est-ce qui a changé pour toi depuis ton titre mondial à Budapest ?
(Rires !!!) Eh bien pas grand chose. Je pense que les changements sont surtout internes, en mon fort intérieur, et c’est peut-être le plus important. A Budapest, après ce résultat historique, beaucoup de promesses ont été faites, mais depuis la reprise début septembre, elles semblent se défaire les unes après les autres. C’est bien dommage. Ce qui reste intacte, c’est la preuve que je suis capable de réaliser des plongeons qui valent l’or mondial et l’envie de continuer à travailler sur cette lancée le plus longtemps possible avec Alexis Coquet (mon entraineur depuis Rio) pour aller conquérir les sommets qui nous manquent ensemble.

Quelle est ta spécialité ?
Le 10m bien sûr ! Je ne fais jamais les choses à moitié… !

Combien d’heures t’entraînes-tu chaque jour ?
Ça dépend, mais disons 4h par jour en moyenne. On est plus limité à Strasbourg qu’à l’INSEP sur le volume d’entraînement, car chaque heure dans la fosse à Schiltigheim se paye, la demande d’autres clubs (water-polo, synchro) est forte et les installations « à sec » pas assez développées, même si de gros efforts ont été faits ces dernières années.

Comment as-tu géré les entraînements, les compétitions et les cours ?
Franchement ces dernières années ont été rudes pour concilier mon école de kiné et mes entraînements, mais j’ai eu la chance d’être très bien encadrée et accompagnée au sein de mon école à Saint-Maurice (94)

Tu es fraîchement diplômée en kinésithérapie, quels sont tes projets pour l’avenir ?
En fait, maintenant que je suis diplômée et que j’ai un métier assuré, je veux vraiment mettre toutes les chances de mon côté pour être performante aux prochains Jeux et aux compétitions de références sur la route. Faire du très haut niveau, ça passe par beaucoup de récupération, de soin, de temps pour soi, de temps pour faire autre chose, être libre de partir faire des stages longs auprès des meilleurs dans des pays lointains… Voilà comment je vois mes prochaines années. Bien sûr, je sais que j’ai besoin d’autre chose à côté pour occuper mon esprit, alors je vais continuer mes études avec un Master sur l’entraînement, la nutrition et la biologie du corps, et j’aimerais beaucoup faire des interventions en entreprise pour partager mon expérience, je travaille là-dessus en ce moment…

Quel est ton programme « plongeon » pour cette nouvelle saison ?
Ma série a beaucoup évolué ces dernières années pour pouvoir rivaliser avec les meilleures mondiales, et elle est déjà compétitive, mais je manque un peu de maîtrise et surtout de confiance. Il y a peut-être un plongeon qui pourrait changer, à l’initiative d’Alexis, mais c’est énormément de travail et je ne veux pas me précipiter donc ce sera peut-être pour la saison prochaine ;). En tout cas ça me ferait avoir une des meilleures séries du monde, alors ça donne envie !

Quels sont tes objectifs pour cette saison ?
Pour cette saison, conserver mon plaisir en compétition, ne pas me mettre trop de pression et améliorer ma régularité. Pour parler plus concret, c’est le titre européen cet été qui me fait envie !

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à une personne qui souhaite se lancer dans le plongeon ?
Je lui dirais de se lancer sans hésitation, car c’est un sport hyper varié qui procure des sensations incroyables et permet de se dépasser davantage à chaque plongeon, même à travers des tout petits détails. Qu’y-a-t-il de mieux que de maîtriser son corps dans l’espace ?

Alors, prêt à plonger ?

Author

Écrit par:

Fanny Benincasa

POUR TOUT SAVOIR SUR LA NATATION

REJOIGNEZ-NOUS ET RECEVEZ TOUTES LES DERNIERES ACTUS!

YOU MIGHT ALSO BE INTERESTED IN...

Que diriez-vous d’un accès privilégié au contenu exclusif arena?

REJOIGNEZ NOTRE COMMUNAUTÉ !

Inscrivez-vous à la newsletter. Vous serez le premier à lire les nouveautés et à découvrir les offres exclusives réservées aux membres.

wave